Pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle

Une interview de Thomas, pèlerin de Compostelle

Camino Compostela

Thomas a utilisé LiveTrekker durant les 60 jours de son pèlerinage à Santiago de Compostela, aussi connu sous le nom du Pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle. Voici son récit !

Pourquoi avoir fait le pèlerinage en particulier ?

C’est une idée que j’avais depuis longtemps et qui me trottait dans la tête. Tous les pèlerins de Compostelle vous le diront : les raisons d’entreprendre un tel voyage sont vraiment diverses et propres à chaque individu. En tout cas, c’est une expérience que je souhaite à toute personne de vivre au moins une fois dans sa vie !

Pourquoi avoir choisi d’utiliser LiveTrekker durant ce voyage ?

St Jacques de Compostelle est un très ancien pèlerinage datant du Moyen-Age, avec des valeurs d’humilité et de simplicité. La technologie n’y a pas vraiment sa place. Utiliser un téléphone là bas, c’est un peu aux antipodes de l’esprit de Compostelle. C’est assez étonnant de voir les réactions que cela a pu susciter. Je me souviens même qu’un pèlerin avait comparé le fait d’amener un iPhone sur ce pèlerinage à celui de ramener des boules Quiès à un concert de Mozart !

Quoiqu’il en soit, la principale raison était de partager mon voyage avec ma famille et mes amis, ce qui au contraire correspond tout à fait à l’esprit de Compostelle. Ils ont pu suivre en direct mes impressions et mon avancée quotidienne… et aussi se rassurer sur le fait que j’allais bien. Je n’avais rien organisé de spécial avant mon départ. Seul un livre sur Compostelle et LiveTrekker m’ont accompagné… Ce qui fait que je n’étais jamais vraiment seul.

Quels ont été vos meilleurs moments ?

Je dirais les 60 jours !

Mais c’était parfois difficile. Il faut une certaine condition physique et beaucoup de courage. Je me souviens d’une journée où j’ai parcouru seulement 20 km très péniblement. Le week-end de Pâques à été compliqué également car tout était fermé et j’ai dû marcher 30 km sans avoir mangé.

Mais j’ai également rencontré de nombreux pèlerins. On se croisait sur le chemin, on se perdait de vue et on se retrouvait quelques jours plus tard. Bien que nos profils soient très différents ; on garde contact.

Comment avez-vous utilisé LiveTrekker pour vous remémorer et partager ce voyage qui sort de l’ordinaire ?

Grâce à LiveTrekker, je n’ai pas seulement pu enregistrer des photos, des vidéos, des commentaires audio ou du texte, mais j’ai pu aussi lier tous ces éléments à l’endroit auxquels ils appartiennent, ce qui leur ajoute une dimension supplémentaire. Ainsi, l’instant et le lieu deviennent indissociables. Ce qui m’importe c’est de faire correspondre un contenu et une localisation.

En quoi LiveTrekker était approprié ou non, à votre voyage ?

Bien que LiveTrekker soit idéal pour voyager, il n’est pas réellement approprié au pèlerinage de Compostelle en lui-même. L’iPhone renvoie à une certaine image, un statut social et d’autres éléments qui sont à l’opposé de l’image de simplicité et de spiritualité de Compostelle. En utilisant l’iPhone, je n’étais plus complétement déconnecté du monde extérieur alors que le pèlerinage de Compostelle implique par son essence un retour aux sources. Cela dit, j’ai acheté l’iPhone spécialement pour mon pèlerinage, car je voulais utiliser LiveTrekker pour le partager.

LiveTrekker m’a permis de transmettre mon ressenti, mon état d’esprit du moment. Mes proches ont apprécié de pouvoir connaître mon humeur au jour le jour, c’était une manière de rester connecté, de savoir ou j’étais et si j‘allais bien ! Le partage, c’est aussi une certaine mentalité. Personnellement je ne suis pas trop dans le souvenir, même s’il est vrai que j’ai pu construire un vrai carnet de voyage au final.

Ce voyage c’est en quelque sorte une façon de sortir de son quotidien mais LiveTrekker me permettait de ne pas être totalement coupé de mes proches… et ça leur évite également la célèbre mais ennuyeuse « soirée diapo » du retour au bercail.

Avez-vous trouvé l’utilisation de l’App intuitive ?

C’était très simple. En ce qui concerne le problème de durée de vie de la batterie, j’avais prévu une extension de batterie mais également un chargeur solaire. J’ai réussi à enregistrer des trajets de plus de 12 heures, sans interruption en utilisant la 3G et le GPS.

Quelles sont les fonctionnalités que vous avez le plus utilisées ou qui vous ont été le plus utile ?

Je dirais qu’il s’agit de la capture de blog. J’ai souvent partagé mes expériences des jours précédents avec les autres pèlerins (jusqu’à 30 jours après l’enregistrement). Je leur montrais directement depuis mon téléphone ce que j’avais fait, par où j’étais passé et ce qui s’y trouvait. Par exemple, une fois en Espagne j’ai pu montrer des parties de mon voyage prises en France, et ça les intéressait énormément de savoir quels chemins j’avais choisis. Etant donné que les trajets sont classés chronologiquement dans l’application, je les retrouvais rapidement et surtout je pouvais partager avec eux sur le moment les photos que j’avais prises, simplement en leur envoyant le lien du trajet.

Avec qui avez-vous partagé vos trajets ?

J’ai surtout utilisé la fonction partage pour ma famille, mes amis mais aussi des collègues et même quelques pèlerins rencontrés sur le chemin de Compostelle. Avec l’application sous la main, je n’ai même pas eu besoin d’utiliser un ordinateur pour gérer l’envoi des photos à mon retour.

Pour moi, les cartes sont ce qui représente le mieux le voyage. Dès que j’en regarde une, je pars aussitôt à des milliers de kilomètres. Alors si en plus on y ajoute nos trajet et autres photos ou vidéos… Car « la carte n’est pas le chemin » !

Qu’a apporté LiveTrekker à votre voyage ?

Ce qui est bien lorsque l’on enregistre son voyage, c’est que l’on change en quelque sorte notre perception de ce qui nous entoure. Lorsque l’on décide de prendre une photo ou autre, c’est que l’on considère qu’il y a quelque chose d’important derrière tout cela. Un évènement, un décor que l’on juge important. On devient plus à l’écoute de notre environnement et plus réceptif aussi. LiveTrekker m’a aidé à vivre cette expérience différemment. A la fin, cela augmente notre perception puisque tout peut être capturé et partagé. C’est un peu « l’œil du photographe ».

Comptez vous utiliser LiveTrekker à nouveau ?

Vous voulez que je reparte pour 1800km à pied ? ☺

Plus sérieusement, je l’utilise toujours en effet. Je l’active aussi souvent en voiture pour simplement regarder la durée de mes trajets et ma vitesse.

Comment vos proches ont-ils vécu le partage de vos trajets ?

Peut-être que mon voyage aura engendré une vocation pour certains, mais sinon ils ont pu participer à l’expérience à mes cotés. Ils ont découvert les paysages au jour le jour et suivre les changements d’une région à l’autre. La plupart m’ont dit que cela leur avait permis de s’échapper de leur quotidien, du travail, de la routine. Aussi, ils ont pu voir que tout allait bien pour moi et être rassuré. Et en temps réel, je vous prie !

Merci Thomas!

Pour mieux apprécier l’aventure de Thomas, cliquez sur ces icônes et vivez l’expérience comme si vous y étiez !
Jour 6 du pèlerinage
Jour 6 : Nasbinals – St Côme d’Olt

Jour 30 du pèlerinage
Jour 30 : St Jean – Roncevaux, le passage des Pyrénées

Jour 35 du pèlerinage
Jour 35 : Viana – Navarette

Jour 53 du pèlerinage
Jour 53 : O cebreiro – Samos

Jour 58 du pèlerinage
Jour 58 : arrivée à St Jacques

Arrivée du pèlerinage
Arrivée à Muxia, Espagne